Jecrispourvous

brique et piques

Saint-Louis : où l’argent des pauvres aide aussi les riches
Par André Meyer
L’organisme HLM et la société SAGEL de Saint-Louis sont deux entreprises contrôlées par la ville. La première s’endette pour aider la seconde à réaliser des opérations de prestige.

Demain, Saint-Louis sera peut-être célèbre pour des réalisations de prestige, rendues possibles grâce à... l’argent des pauvres. Explications.
Au cours de l’été 2002, la SAGEL, une société d’économie mixte (associant partenaires publics et partenaires privés) contrôlée par la ville, avait besoin de moyens financiers pour d’ambitieux projets : acquérir, réhabiliter et redonner vie à un édifice de caractère au centre de Saint-Louis, l’ancien entrepôt de brasserie, représentatif de l’architecture germanique de prestige du début du XXème siècle, nommé « Maison Katz ».
Où trouver les ressources nécessaires ? La SAGEL a tout simplement vendu tout son patrimoine de logements sociaux, 297 appartements du F1 au F6. A l’organisme HLM de la ville, tout bonnement. Cette vente a rapporté 5 millions d’euros net à la SAGEL, qui se débarrassait en même temps de 10 millions d’euros de dettes reprises par les HLM.
Mais l’argent des HLM n’a pas suffi. Pour ne pas se déshabiller entièrement, la Sagel a emprunté 2 millions d’euros (garantis par la ville).
« La Cour du Roy » - ainsi se nomme la nouvelle adresse de prestige de Saint-Louis, s’est ouverte à la mi-mars. Les riches voyageurs qui y feront halte doivent savoir que leur bonheur d’être là doit une fière chandelle à l’argent des logements sociaux, à l’argent des pauvres...


Le dernier numéro
- L'équipe - Où et comment -
Les petites annonces - Les annonceurs - Les archives - Jecrispourvous - Contact
Espace réservé - Signaler une erreur - News du site