Jecrispourvous

Qui décide

De patron social à ministre réaliste
André Meyer
Avec Laurent Schaffter, c’est un représentant du monde des entreprises et de l’industrie qui a été élu, il y a deux ans, au Gouvernement Jurassien ! Son père, Joseph Schaffter, enseignant, député pendant seize ans à la Chambre fédérale à Berne, n’était autre que le fondateur dans les années 1960 du Parti chrétien social indépendant. Laurent Schaffter n’a cependant pas endossé entièrement le modèle paternel.
Pour les idées politiques et l’engagement social, c’était oui. Mais pour le choix d’un métier, il a préféré à la filière de l’éducation, les réalités très concrètes de l’industrie. Il crée avec un associé, sa propre entreprise : AJOTEX SA à Porrentruy, une fabrique de sous-vêtements et tee-shirts qui approvisionne principalement les grands magasins suisses (Migros, etc...)
Mais c’est un patron atypique qui met en pratique dans son entreprise les idées qu’il défend avec son parti politique, le PCSI : respect de la personne, participation des salariés à la marche de l’entreprise, juste partage des richesses produites, définition précise des droits et des devoirs du salarié et de l’employeur par une convention collective négociée. « Quand j’embauchais un ouvrier, un employé, je leur présentais d’abord la convention collective et seulement après, s’ils étaient d’accord, le contrat de travail », rappelle l’ex-patron. Les réalités économiques ont quelque fois pris le dessus sur la volonté de progrès social. Par deux fois en vingt ans, il a dû procéder à de sévères restructurations et réduire les effectifs qui avaient culminé à 40, au niveau actuel de 20.
En devenant ministre, Laurent Schaffter a organisé son retrait de l’entreprise. AJOTEX poursuit sa route sans son cofondateur.


Le dernier numéro
- L'équipe - Où et comment -
Les petites annonces - Les annonceurs - Les archives - Jecrispourvous - Contact
Espace réservé - Signaler une erreur - News du site