Jecrispourvous

ENTREPRENDRE

Portraits croisés de patrons de radios locales
Portraits croisés du Sundgauvien Agnain Martin (RTL2, Dreyeckland, Tertio, Tertio Voyages) et du Jurassien Pierre Steulet (RJB, RTN, RFJ, Image et Son).
Par Mifa Pivot
A la tête d’un pool de trois radios romandes locales, RFJ (radio fréquence Jura), RJB radio Jura bernois) et RTN (radio télévision Neuchâtel), qui ont fêté leurs vingt ans d’existence et de collaboration, Pierre Steulet tient beaucoup au label de ‘radio identitaire’, et à la déontologie de tout bon chef d’entreprise, qui doit « faire de l’argent avec du travail et non pas au prix de suppressions d’emplois ».
Pierre Steulet mène sa barque avec un chiffre d’affaires de 7 millions de FS.
Radio Fréquence Jura (RFJ), qui émet depuis le 18 février 1984, dans un bassin de vie de 132.000 habitants a le souci de privilégier l’information de proximité, la diversité, la pluralité et d’animer la scène culturelle et sportive.
La position de cet homme incisif, réputé dur en affaires, est en effet aussi claire que son regard : « Les chefs d’entreprise doivent faire de l’argent avec du travail, et non pas au prix de suppressions d’emplois ». Propos à l’emporte-pièce que l’on aimerait entendre plus souvent.
Président de l’association de l’Union romande des radios locales depuis 1984, Pierre Steulet défend les intérêts des radios, les droits d’auteur.
Séquences en direct du Parlement Jurassien, Café de la place de Delémont, éditos en patois jurassien à 12h50, infos matinales, parfois internationales mais aussi locales, RFJ, plus fort taux d’écoute des radios locales romandes ( 56% ) est une radio identitaire. « Si la France était plus attentive, elle aurait aussi une radio identitaire, si elle ne laissait pas le plus fort bouffer l’autre », déclare Pierre Steulet, citant néanmoins les efforts de Radio Alouette à La Rochelle, « une radio qui travaille sur la proximité du pays met en valeur ses spécificités. Le Locle, Delémont, on en parle mais rarement de Genève ou de Lausanne ».
S’il faut penser couleur, elle irait de la gauche modérée à la droite modérée. « Une radio d’opinion, c’est contre productif ! ». Déçu par la votation du 16 mai dernier qui a rejeté le projet Jura Pays Ouvert, il déclare : « ‘Jura Pays Ouvert’ ? Oui ! Le Jurassien est, parmi les Suisses, le plus ouvert à l’accueil des étrangers. Il faudra revenir à la charge. C’est comme pour l’Union Européenne. Quand ne pas y entrer ne changera plus rien, on va y entrer !! ». Pierre Steulet pense à la fuite des jeunes qui tue le pays.
L’avenir ? « Je n’en ai pas peur. On peut imaginer des difficultés dans les vingt prochaines années pour l’ensemble des médias, qui ne peuvent se développer à l’infini. Les phénomènes de concentration sont inévitables. Mais pas dans l’Arc jurassien, tant que les entités cantonales demeureront ».

Agnain Martin, faiseur d’empire
A la tête d’un petit empire, puisqu’il est le PDG d’une holding (AM Finances Invest) de 7 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, détenant une agence de voyages, une régie publicitaire et quatre autres sociétés, à savoir Tertio Voyages, Radio Dreyeckland Sas, Est Loisirs Sas (nom juridique de Planète Discopolis), Agnain Martin est aussi directeur de la régie publicitaire de RTL2 et de Fun Radio, directeur de RTL2 et de Fun Radio, PDG de Radio Dreyeckland, directeur des Sàrl RTL2 et Tertio Voyages et de la régie publicitaire Tertio.
Agnain Martin, 49 ans, vingt ans de métier, nous a raconté son histoire.
Agnain Martin entre tout naturellement dans l’univers radiophonique. « J’aimais l’univers artistique ». Mais il fallait gagner sa vie. Une association municipale d’Altkirch lui confie la direction de la Radio Porte Sud, en 1986, alors qu’il a 30 ans. Il embauche deux journalistes. En 1995, Radio Porte Sud devient RTL2. C’est-à-dire diffuseur de la radio nationale, tout en conservant un programme local de quatre heures par jour, avec infos régionales et locales.
« En 1997, les responsables de Dreyeckland m’ont contacté ainsi que d’autres porteurs de projets, pour sauver la radio. Ils m’ont choisi, car j’étais le seul à vouloir poursuivre la radio locale, régionale, de proximité, à garder l’identité et le nom. A l’époque, ily avait 15.000 auditeurs. Aujourd’hui, il y en a 140 000. »
Au programme, la musique (80% du temps d’antenne) qui a marqué la jeunesse des auditeurs, la chanson française d’amour, engagée, et la chanson allemande. « Nous ne sommes pas dans un système de mode », dit-il. « Avec RTL2 , Dreyeckland, nous accompagnons les gens au quotidien, nous leur donnons du bonheur. La radio des informations, c’est plutôt le rôle des radios du service public (France-Infos, France-Inter) »


Le dernier numéro
- L'équipe - Où et comment -
Les petites annonces - Les annonceurs - Les archives - Jecrispourvous - Contact
Espace réservé - Signaler une erreur - News du site